Les défis de l’OTAN face à la guerre en Ukraine

Il est important de comprendre les relations historiquement tendues entre l’Ukraine et la Russie, qui ont une incidence directe sur la crise actuelle.

En outre, un bref regard sur l’histoire de l’UE permettra au lecteur de constater que, stratégiquement, l’UE n’a jamais eu l’élargissement comme objectif principal.

Ces deux questions expliquent en grande partie pourquoi l’OTAN et la Russie sont dans l’impasse sur la situation en Ukraine.

Quel est l’état actuel des relations entre l’OTAN et la Russie ?

Les relations entre l’OTAN et la Russie sont tendues depuis que l’alliance a suspendu toute coopération pratique avec Moscou après l’annexion illégale de la Crimée par la Russie en mars 2014. Cette suspension n’a pas été levée.

L’OTAN reste ouverte au dialogue politique avec la Russie, tout en maintenant une défense et une dissuasion fortes contre une éventuelle agression.

Dans ce contexte, les dirigeants de l’OTAN rencontrent régulièrement le président de la Russie lors de sommets politiques et d’autres événements de haut niveau.

Le Conseil de l’Atlantique Nord – le principal organe de décision politique de l’Alliance – rencontre aussi régulièrement, au niveau des ambassadeurs, le représentant permanent de la Russie auprès de l’OTAN. En outre, le Comité militaire de l’OTAN s’entretient avec son homologue russe dans le cadre du Conseil de partenariat euro-atlantique.

Parallèlement, l’OTAN continue de s’adapter à une Russie plus affirmée en renforçant la défense et la dissuasion collectives. Les Alliés ont pris des mesures pour accroître l’état de préparation de leurs forces et faire en sorte qu’elles puissent être déployées n’importe où dans l’Alliance, sur très court préavis, si nécessaire.

Ils adaptent également leur présence militaire dans la partie orientale de l’Alliance et renforcent leur capacité à déplacer rapidement des forces à travers l’Europe si nécessaire.

Ces mesures comprennent le stationnement avancé de quatre bataillons multinationaux en Estonie, en Lettonie, en Lituanie et en Pologne, le déploiement d’avions de pointe et le pré-positionnement d’équipements de défense.

La guerre en Ukraine remet-elle en cause l’unité transatlantique ?

À la suite des récents événements en Ukraine, la politique européenne de sécurité est redevenue un sujet de discussion majeur.

Dans une atmosphère marquée par l’incertitude liée au conflit en Ukraine, l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) se demande si elle est toujours capable de défendre efficacement les intérêts de ses membres en matière de sécurité.

Dans le même temps, de nombreux Européens se demandent si leurs pays doivent s’attacher à dissuader la Russie de poursuivre son agression en Europe orientale ou s’ils doivent se tourner vers l’Asie pour trouver de futurs partenaires économiques et stratégiques.

Les États-Unis examinent également leurs options. L’Europe restera un partenaire clé pour Washington dans la promotion de la sécurité mondiale, mais les États-Unis cherchent également des moyens de renforcer leurs liens avec la Chine et d’autres pays asiatiques, car ils cherchent à promouvoir leurs intérêts stratégiques dans cette région.

Quelles sont les implications sécuritaires de cette crise pour l’Europe ?

L’intervention militaire de la Russie en Ukraine a fait retentir la sonnette d’alarme dans les capitales occidentales. Jusqu’où Moscou pourrait-il aller ? La crise pourrait-elle déboucher sur une nouvelle guerre froide ? Et quelles sont les implications en matière de sécurité pour l’Europe ?

Il est très peu probable que l’OTAN intervienne en Ukraine. La Russie va donc essayer de forcer l’Ukraine à accepter l’influence russe – politique et économique – ainsi qu’un retour dans le giron russe.

Cela crée un dilemme pour l’OTAN, car elle ne va pas intervenir, mais elle ne va pas non plus se défaire de ses responsabilités envers les États d’Europe de l’Est.

Il sera intéressant de voir si l’OTAN adopte l’idée d’offrir une sorte de garantie de sécurité aux pays d’Europe centrale extérieurs à l’OTAN qui sont vulnérables, comme la Finlande et la Suède.

Le véritable danger pour l’OTAN est que cela devienne un défi existentiel – que la Russie tente d’exercer son influence sur un ou plusieurs pays de l’OTAN, comme la Lettonie ou l’Estonie.

Cela nécessiterait alors une réponse beaucoup plus forte de la part de l’OTAN – et peut-être même une réponse militaire.

Quelles sont les conséquences de la guerre pour la dissuasion et la posture de défense de l’OTAN ?

L’agression russe contre l’Ukraine a mis en évidence des faiblesses majeures dans le dispositif de dissuasion et de défense de l’OTAN.

L’approche de guerre  » hybride  » du président russe Vladimir Poutine, qui mêle tactiques militaires conventionnelles et irrégulières, a montré les limites des réponses de l’alliance à ce type de conflit.

En outre, l’annexion de la Crimée par le Kremlin et son soutien aux séparatistes dans l’est de l’Ukraine ont soulevé des questions quant à la volonté des États membres de l’OTAN de risquer une guerre avec la Russie pour défendre les nouveaux États membres.

Les États-Unis et leurs alliés devront revoir leur stratégie de sécurité collective à la lumière de ces développements.

Ils doivent notamment renforcer la capacité de l’OTAN à répondre rapidement et efficacement aux menaces d’un adversaire aussi bien armé que la Russie. Ils doivent également signaler leur engagement à l’égard de la sécurité de leurs nouveaux membres.

Ces défis ne sont pas insurmontables, mais pour les relever, il faudra que les Américains s’engagent davantage envers l’OTAN qu’ils ne l’ont fait depuis la fin de la guerre froide.

Quelles sont les leçons à tirer pour l’OTAN ?

La guerre en Ukraine n’est pas une guerre de l’OTAN. L’alliance militaire n’a pas pris parti dans le conflit entre la Russie et l’Ukraine. Mais ce conflit a eu un impact sur l’OTAN, ses membres et son avenir.

Cette guerre est riche d’enseignements pour l’OTAN. Elle a surtout mis en évidence le fait que les armées européennes sont à peine capables de faire face à un conflit à leur porte.

Au cours des derniers mois, il est apparu clairement que les armées européennes sont incapables de garantir la sécurité de leurs citoyens, et encore moins de défendre leurs alliés outre-Atlantique.

Le conflit a également ramené les relations Est-Ouest à l’époque de la guerre froide – une époque où l’OTAN a été fondée en tant qu’alliance de défense contre les menaces soviétiques.

Ces dernières années, la Russie s’était éloignée de cette image, mais il semble aujourd’hui qu’elle soit à nouveau perçue comme un ennemi par de nombreux pays d’Europe.

En conclusion

Historiquement, l’OTAN est un instrument que les États-Unis utilisent pour promouvoir leurs intérêts.

Les années de l’après-guerre froide ont vu l’OTAN se promouvoir activement comme une « alliance défensive ».

Alors que les relations avec la Russie s’enveniment, les experts et les politiciens commencent à se demander si ce mantra peut survivre.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.